Van

Ce matin, Roxane qui sortait de la douche pousse soudain un aboiement en direction de la porte. Un type s’était perché tout en haut et la regardait par la vitre, en tenue d’Eve. Il a vite déguerpi. 10 minutes plus tard, on frappe à la porte. La barbe. Je contemple mon pyjashort. A cette heure-ci c’est peut-être la police ? En soupirant j’enfile un jean et vais ouvrir. Un jeune Kurde me salue et me demande si un homme est bien venu regarder à notre porte tout à l’heure. C’est exact. Tant mieux, parce qu’ils me fait comprendre qu’ils lui ont déjà cassé la gueule en bas. – Oh, very nice. Et que si on a encore besoin…. Très aimable à vous, merci.

Du coup en descendant ils étaient tous aux petits soins. Bien que ce fût indiqué kahvalti sur la carte, il n’y avait pas de breakfeast, mais ils pouvaient le faire. « Pouvaient le faire » (Quand ils parlent comme ça ils me font penser au HADEP). Donc on a commandé des petits pains et on a descendu notre Nescafé tandis que Roxane partait acheter du lait. Du coup, ravi de cette dînette, Orhan (c’est le nom du fils du patron) s’est attablé avec nous et on a pris un nes ensemble.

Ce contenu a été publié dans Turquie, Van. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *