Adana

21 heures.

Ville moite, douce, mais pas trop chaude. Par contre, si les villes estivales en Syrie sont noires de monde, en Turquie tout le monde rentre au poulailler après 20 heures. Ils doivent passer leur vie devant la television. C’est quand même un peuple pantouflard et les Kurdes prennent le pli, on dirait, couvre-feu ou pas couvre-feu.

 

Et pour commencer le trip touristique, on va manger un Adana kebab à Adana. D’ailleurs il ne semble pas y avoir d’autres variétés dans ce Yilmaz Usta Kebap Salonu. Ça plus deux salades de tomates dont la différence semble être dans la coupe des tomates : une en cubes, une en purée.

Ce contenu a été publié dans Adana, Turquie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *