Adana

10h35.

Petit-déjeuner sans café. Ça commence bien. Hôtel tres bien, douche, sechoir, clim’ mais pas de café. Alors qu’on a pu en boire à volonte dans bien des hotels minables. C’est ça la philosophie qu’on est sensées chercher en voyage : que rien n’est jamais parfait. Pas pour en tirer une quelconque sagesse a mon avis, simplement parce que le genie du voyage est facetieux.

Toujours cette chaleur moite mais supportable, pas comme l’horrible touffeur qui nous attend. Ici ils sont tous a regarder le foot. Du coup les réseaux des portables sont parfois saturés. Si la Turquie gagne encore ça va être dur de téléphoner.

14h45.

Arrivée à Antioche. La ville semble toujours aussi charmante qu’il y a dix ans. Temps agréable, vent doux. Beaucoup de Chrétiens, apparemment.

Belle ville encastrée dans des montagnes de légende. La découpe des minarets dans le ciel si impeccablement bleu, les pins, les palmiers, les mimosas, le blond des pierres, les terrasses et les cours dans les rues étroites, tout dit qu’ici nous sommes en Syrie. D’ailleurs Alep est si proche, si présente sur les panneaux à l’entrée de la ville. Les gens sont aussi différents des Turcs. Ils ont un abord moins sérieux, plus amical, plus nonchalant.

Sandrine Alexie.

Ce contenu a été publié dans Adana, Antakya, Turquie, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *